A PROPOS DE LA SOLITUDE.

La solitude, et notamment la solitude des femmes, est souvent le fait d'un accident de la vie sociale ou familiale qui la place brusquement en situation de personne seule. La meilleure façon de franchir cette mauvaise passe serait de ne rien faire pour rompre avec le courant de sa vie habituelle: Ne rien changer à sa relation de travail, ses habitudes sociales, ses va-et-vient de la vie quotidienne, ses projets.

Au contraire, il faudrait renforcer toutes ses activités de relation, de rencontre et d'échange.

 

Mais, dans la réalité, la solitude nouvelle laisse les femmes désemparées. Elle les oblige à se remettre en question et le plus souvent, elle les culpabilise. Cette culpabilisation vient d'un sentiment de manquement à la convention sociale qui n'aime pas les femmes seules et qui a toujours un regard suspect, sur celle qui est, soit divorcée, soit séparée, ou encore seule.

À partir d'un certain âge, elles ont fréquenté jusqu'ici des couples, parfois avec enfants; elles font partie d'un petit clan d'amis avec lesquels elle se réunissent parfois pour une sortie, un spectacle, un repas. Maintenant seule, elle a l'impression d'être comme une intruse dans le groupe. Cette femme qui était son amie et qui voit la sollicitude amicale de son mari ou de

son compagnon plus proche peut craindre une véritable prédation, et distancer sa relation avec la femme seule. Le résultat est que la femme seule va se retirer elle-même dans une solitude renforcée ou avec un petit noyau d'amies restées fidèles. Parfois même, elle trouvera d'autres femmes dans la même situation, et elle aura tendance à faire "club" de femmes seules ou délaissées. Dans un premier temps, ce repli dans un groupe restreint qui la comprend peut l’aider dans la mauvaise passe; mais il faut savoir s'en évader et garder une fenêtre ouverte pour nouer une autre relation. Quand elle était en couple, la relation lui semblait facile. Même, elle pouvait être sollicité. Ce qui a changé maintenant est dans la tête : le sentiment d'un ratage et d'un échec. Elle n'a plus vraiment confiance en elle et en sa faculté de séduire encore ou simplement d'avoir une nouvelle relation. Il est plus facile d'avoir une relation close, avec une ou deux autres femmes seules.

 

Dans notre société ultra-communicante, une femme seule qui n'a plus 25 ans, peut difficilement aller dans un lieu public pour provoquer une relation sérieuse. Alors, elle se connecte sur le Web (l’explosion des sites de rencontres en est la preuve). Elle remplie de contacts son téléphone mobile.

Elle part au Club Med sur le vieux mythe des années 80. Elle sort en boîte de nuit. Elle écume les bars à la mode avec les fringues de femmes plus jeunes.

Mais contrairement aux hommes, la femme isolée attend une relation stable; pas un essai ou une amourette. Quelque part, cette femme souhaite encore un prince charmant symbolique. Elle attend son appel, le téléphone mobile à la main, attendant de pouvoir enfin décrocher.

Erick* ROBERT